mar. Nov 28th, 2023

Lefèvre a Défendu la BIBLE avec Courage 

Lefèvre savait que l’Église catholique avait été corrompue par les enseignements humains et la philosophie. (Marc 7 :7 ; Colossiens 2 :8)

Il a dénoncé leur hypocrisie lorsqu’il a déclaré : « Ils ne veulent pas laisser les gens lire l’Évangile de Dieu dans leur propre langue. Alors, comment allez-vous apprendre [aux gens] à obéir à tous les commandements de Jésus ? »

C’ÉTAIT au début des années 1520 à Meaux, une petite ville près de Paris, en France. Les gens ne pouvaient pas croire ce qu’ils avaient entendu à l’église ce dimanche matin. Des portions des Evangiles étaient lues, non pas en latin, mais en français, leur langue maternelle !

Le traducteur de la Bible qui a rendu cela possible était Jacques Lefèvre d’Étaples (latin : Jacobus Faber Stapulensis). Il a écrit à un ami : « Vous ne croirez pas avec quelle ferveur Dieu aide les simples [gens] dans certains endroits à embrasser sa Parole.

À cette époque, l’ Église catholique était contre l’utilisation de traductions de la Bible dans les langues parlées par le peuple. Les théologiens de Paris le pensaient aussi. Alors qu’est-ce qui a poussé Lefèvre à traduire la Bible en français ?

Et comment a-t-il réussi à aider les gens simples à comprendre la Parole de Dieu ?

À LA RECHERCHE DU SENS ORIGINAL
Avant de devenir traducteur de la Bible, Lefèvre s’est consacré à la restauration du texte original d’ouvrages anciens de philosophie et de théologie. Il s’est rendu compte qu’au cours des siècles, de nombreux textes anciens avaient été déformés et mal traduits. Dans sa recherche du sens originel des écrits anciens, il a commencé à analyser la Vulgate latine, qui était la traduction de la Bible utilisée par l’Église catholique.

Lefèvre a étudié la Bible avec zèle et sincérité. Cela l’a aidé à voir que «seule l’étude de la vérité biblique donne . . . bonheur complet ». Il cessa donc d’étudier la philosophie et concentra tous ses efforts sur la traduction de la Bible.

En 1509, Lefèvre publie une étude dans laquelle il compare cinq traductions des Psaumes latins. * L’une des traductions était une correction qu’il a lui-même apportée à la Vulgate. Contrairement aux théologiens de l’époque, il s’est efforcé de transmettre les passages bibliques d’une manière simple et naturelle. Sa méthode d’explication des Écritures a eu un impact très fort sur d’autres biblistes et sur certains réformateurs. — Voir l’encadré « Lefèvre influence Martin Luther ».

Lefevre-Biblia

Lefèvre était catholique, mais il croyait que l’Église avait besoin de renouveau. Il a estimé que cela ne serait possible que si la Bible était correctement enseignée aux gens ordinaires. Mais comment les gens pouvaient-ils connaître la Bible à une époque où la plupart des traductions étaient en latin ?

UNE TRADUCTION DE LA BIBLE ACCESSIBLE À TOUS

Lefevre-Biblia-2Lefèvre aimait beaucoup la Parole de Dieu , il était donc déterminé à rendre la Bible accessible au plus grand nombre. Ainsi, en juin 1523, il publie une traduction française des Evangiles. Son travail comportait deux volumes de poche. Ce format était la moitié du prix d’une édition régulière. De cette façon, même les personnes aux ressources limitées pouvaient acheter une Bible.

La réaction des gens a été immédiate. En quelques mois, tout le stock initial de 1 200 exemplaires a disparu. dans leur langue maternelle Cela montre que les gens étaient vraiment désireux de lire les paroles de Jésus .

IL A DÉFENDU LA BIBLE AVEC COURAGE
Dans son introduction aux Evangiles, Lefèvre explique pourquoi il a fait la traduction en français. Il voulait que les « membres les plus simples » de l’Église soient « assurés de la vérité des Évangiles, ainsi que les personnes qui lisent en latin ». Mais pourquoi Lefèvre tenait-il tant à aider les gens à comprendre le message original de la Bible ?

Lefèvre d’Étaples savait que l’Église catholique avait été corrompue par les enseignements humains et la philosophie. (Marc 7 :7 ; Colossiens 2:8)

Lefèvre était convaincu qu’il était temps de «prêcher la pure vérité [des Évangiles] dans le monde entier, afin que les gens ne soient plus induits en erreur par les enseignements des hommes».

Lefèvre a également pris soin d’exposer les faibles arguments de ceux qui étaient contre la traduction de la Bible en français. Il a dénoncé leur hypocrisie lorsqu’il a déclaré : « Ils ne veulent pas laisser les gens lire l’Évangile de Dieu dans leur propre langue. Alors, comment allez-vous apprendre [aux gens] à obéir à tous les commandements de Jésus ? » — Romains 10:14.

Sans surprise, les théologiens de l’Université de Paris (aujourd’hui la Sorbonne) ont rapidement tenté d’entraver le travail de Lefèvre. En août 1523, ils se prononcent contre les traductions dans la langue du peuple et contre tout texte qui parle de la Bible, affirmant que cela est « nuisible à l’Église ». Sans l’aide du roi François Ier de France, Lefèvre aurait été reconnu coupable d’hérésie, c’est-à-dire de rébellion contre l’Église.

LE TRADUCTEUR SILENCIEUX FINIT SON TRAVAIL
Lefèvre n’a pas laissé les débats sur son travail entraver sa traduction de la Bible. En 1524, après avoir terminé la traduction des Écritures grecques (ou du Nouveau Testament), il publie une traduction française des Psaumes. Il voulait que les fidèles puissent prier « avec plus de dévotion et de sentiment ».

Les théologiens de la Sorbonne n’ont pas perdu de temps. Ils ont commencé à parcourir les œuvres de Lefèvre au peigne fin. Bientôt, la traduction de Lefèv des Écritures grecques fut publiquement brûlée. Ils ont également affirmé que certaines de ses œuvres «contribuaient à l’hérésie de Luther».

Lorsque des théologiens le sommèrent de s’expliquer, il préféra se taire. Puis il s’enfuit à Strasbourg et continua à traduire la Bible sans attirer l’attention. Certains disaient que Lefèvre était un lâche d’agir ainsi. Mais il croyait que c’était la meilleure façon de traiter avec ceux qui n’appréciaient pas les « perles » de la Bible. — Matthieu 7:6.

Près d’un an plus tard, le roi François Ier choisit Lefèvre comme instructeur pour son fils de 4 ans, Charles. Cela a donné à Lefèvre suffisamment de temps pour traduire la Bible. En 1530, sa traduction de toute la Bible est publiée, mais pas en France. Il a été imprimé à Anvers, en Belgique, avec l’approbation de l’empereur Charles Quint.

UNE GRANDE CONTRIBUTION
Toute sa vie, Lefèvre a attendu de l’Église qu’elle abandonne les traditions humaines et s’en tienne à la pure vérité de la Bible. Il croyait que « chaque chrétien a le droit, voire le devoir, de lire et d’apprendre la Bible par lui-même ».

C’est pourquoi il a travaillé si dur pour rendre la Bible accessible à tous. Son désir de voir l’Église renouvelée ne s’est jamais réalisé. Mais personne ne peut douter qu’il ait réussi à aider les gens simples à connaître la Parole de Dieu.

Le Quincuplex Psalterium contient cinq traductions des Psaumes dans des colonnes séparées et comprend un tableau avec des titres donnés à Dieu. Le tableau présente également le Tétragramme, les quatre lettres hébraïques qui représentent le nom de Dieu.

Cinq ans plus tard, en 1535, Olivetan, un autre traducteur français, publie une traduction de la Bible basée sur les langues originales. Il a utilisé les œuvres de Lefèvre comme base pour traduire les Écritures grecques.